Une Première en Suisse romande

A l’occasion de la commémoration du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, Ars Vocalis et son chef, Roberto Rega, feront découvrir au public de Suisse romande :

The Peacemakers de Karl Jenkins

11 octobre 2021 – Victoria Hall, Genève

12 octobre 2021 – Cathédrale de Lausanne

avec le Sinfonietta de Lausanne

la Maîtrise du Conservatoire populaire de musique, danse et théâtre de Genève

et l’Ensemble Vocal de Jeunes Auralis.


The Peacemakers est une œuvre chorale dédiée à la mémoire de tous ceux qui ont perdu la vie lors de conflits armés, en particulier les civils innocents. Karl Jenkins l’a composée en 2011 et datée de septembre, sans doute pour marquer le 10e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 à New York.

Une œuvre du XXIe siècle d’une grande portée symbolique…

The Peacemakers est la seconde œuvre chorale de Karl Jenkins inspirée par le thème de la paix dans le monde. Un vers de Rumi, poète mystique persan du XIIIe siècle, reflète bien l’esprit de l’œuvre : Toutes les religions, toutes chantant un seul chant : la Paix soit avec vous.

The Peacemakers est construit en 17 mouvements, à partir de textes de Gandhi, Nelson Mandela, Martin Luther King et d’autres figures iconiques qui ont façonné l’histoire, tels que le Dalaï Lama, Mère Teresa, Anne Frank et Albert Schweitzer. Karl Jenkins s’est aussi inspiré de textes bibliques, judaïques et coraniques, ainsi que de poètes anglais. Quelques paroles ont même été écrites tout spécialement pour cette œuvre, notamment par Terry Waite.

… aux sonorités ethniques

Karl Jenkins est l’un des compositeurs les plus populaires au monde aujourd’hui. Le style musical de The Peacemakers est actuel, à la fois classique et fortement imprégné de rythmes et sonorités ethniques.

L’orchestration est riche, avec 43 musiciens jouant des instruments classiques, mais aussi de nombreux instruments inhabituels, tels que guitare, orgue ou clavier électrique, uilleann pipes (cornemuse irlandaise), tin whistle, ainsi que des flûtes et des percussions ethniques. On entend ainsi les harmonies de la musique celtique dans Healing Light : a Celtic prayer, la pièce la plus connue de l’œuvre, et les sons du blues du Sud profond des Etats-Unis dans He had a dream, l’hommage de Jenkins à Martin Luther King. Le compositeur a aussi créé des effets particuliers en mêlant des genres, comme le chant monastique et la musique ethnique dans Inner Peace.

Ars Vocalis chante l’Amour

En février 2020, Ars Vocalis et son chef Roberto Rega ont présenté un programme original autour du thème de l’Amour dans la musique profane, réunissant des œuvres d’époques et de styles musicaux très différents :

  • Madrigali a cinque voci de Claudio Monteverdi
  • Five Hebrew Love Songs d’Eric Whitacre
  • Lieslieder Walzer op. 52 de Johannes Brahms

PhotosLivret des concerts

De la Renaissance italienne…

Claudio Monteverdi est un des derniers compositeurs de la Renaissance. Plus que tout autre, il a su donner une nouvelle impulsion aux formes musicales de l’époque, les développant dans des directions inédites, telles que le recitar cantando ou la pratique de la basse continue.

… à nos jours, avec des chants en hébreu composés dans les Alpes suisses…

Particulièrement attaché à la musique chorale, Eric Whitacre s’inscrit dans le courant stylistique d’autres compositeurs contemporains qui ont trouvé leur inspiration dans l’œuvre d’Arvo Pärt. Le recueil Five Hebrew Love Songs a été composé en 1996 sur des miniatures poétiques de son amie Hila Plitmann, soprano née à Jérusalem. Les cinq chants montrent une attention particulière au détail et à l’adhérence au texte. Ils proposent des solutions originales, tant sur le plan vocal que dans la technique de composition.

…en passant par le Romantisme allemand

Les Liebeslieder Walzer op. 52, pour quatuor vocal et piano à quatre mains, sont exemplaires dans leur adhésion à la vague romantique, dans le sens de l’expérience de l’individu au centre de la création artistique. En effet, Johannes Brahms a très probablement été inspiré par son profond sentiment d’amour pour Julie Schumann, fille de Robert et Clara Schumann. Les textes sont tirés du recueil Polydora, une anthologie de chants d’amour provenant de différents pays d’Europe de l’Est. Les miniatures musicales de Brahms sont typiques du Lied de son époque et renvoient aussi à des formes plus anciennes telles que la canzone a ballo du début du XVIe siècle.

Une cantate pour un temps de méditation

Ars Vocalis a été invité à ouvrir la saison 2019-2020 de Cantate et Parole à l’Eglise Saint-Laurent à Lausanne.

Sous la baguette de son chef, Roberto Rega, le chœur a interprété la

Cantate de Jean-Sébastien Bach BWV 48
Ich elender Mensch, wer wird mich erlösen ?

avec l’alto Géraldine Cloux, le ténor Bastien Combe et un ensemble instrumental formé d’élèves professionnels de la Haute Ecole de Musique de Lausanne.

Cantate et Parole est un temps de méditation musicale, proposée par le pasteur Jean Chollet autour d’une cantate de Bach interprétée par un chœur de Suisse romande, chaque 2ème dimanche du mois. Composée en 1723 à Leipzig pour le 19ème dimanche après la Trinité, la Cantate BWV 48 est une méditation sur l’existence, la mort et la foi salvatrice.

Deux chœurs pour Un requiem allemand

Les voix d’Ars Vocalis se sont unies à celles du Chœur des Pays du Mont-Blanc pour une série de concerts consacrés à l’une des œuvres majeures du répertoire romantique choral : Ein deutsches Requiem de Johannes Brahms.

Le premier concert a été donné en mai 2019 au Victoria Hall à Genève, à l’invitation de l’Orchestre Symphonique de l’AMAmusique :

Concerto pour piano et orchestre n°1 en mi mineur de Chopin
avec San Jittakarn, piano – lauréat du Concours de Genève 2018

Ein deutsches Requiem de Brahms
avec Laurence Guillod, soprano, et Sacha Michon, baryton

Livret du concert

 

En automne 2019, les deux chœurs se sont rendus en République tchèque pour donner deux concerts, accompagnés par l’Orchestre académique de Bohême de l’Est : à la Cathédrale de Sedlec et à Prague à la Chapelle de Bethléem, dans le cadre de la commémoration des 30 ans de la Révolution de velours.

Ils ont ensuite retrouvé l’Orchestre Symphonique de l’AMAmusique pour un dernier concert à Gaillard, près de Genève.

Requiem de Fauré avec Sinfonietta

Ars Vocalis a donné ses concerts inauguraux en janvier 2019, à l’Eglise St-François à Lausanne et à l’Eglise St-Martin à Vevey. Ils ont été accueillis par un public nombreux et enthousiaste, qui a pu (re)découvrir le Requiem de Gabriel Fauré dans sa version originale avec orchestre de chambre.

Sous la baguette de son chef, Roberto Rega, le chœur était accompagné par le Sinfonietta de Lausanne, l’organiste Benjamin Righetti, la très jeune soprano Juliette Huber et la basse Stephan Imboden.

En ouverture : le Magnificat et Nunc Dimittis op. 81 du compositeur irlandais Charles Villiers Stanford, une œuvre composée pour l’office du soir de la liturgie anglicane. Son caractère serein, mais jamais léger, la rapproche de la vision du Requiem du compositeur français.

Photos

Articles de presse

Livret des concerts

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén