Après le succès de leurs premiers concerts consacrés au Requiem de Gabriel Fauré, le chœur Ars Vocalis et son chef Roberto Rega présentent un programme original autour du thème de l’Amour dans la musique profane, réunissant des œuvres d’époques et de styles musicaux très différents :

  • Madrigali a cinque voci de Claudio Monteverdi
  • Five Hebrew Love Songs d’Eric Whitacre
  • Lieslieder Walzer op. 52 de Johannes Brahms

Ce programme en trois tableaux montre comment des compositeurs éloignés tant géographiquement que temporellement ont été inspirés par ce thème universel, si cher aux musiciens, aux poètes et aux artistes de tous les temps. Les proportions plus contenues de la musique de chambre sont en congruence avec le caractère intime, emblématique du thème choisi.

De la Renaissance italienne…

Claudio Monteverdi est un des derniers compositeurs de la Renaissance. Plus que tout autre, il a su donner une nouvelle impulsion aux formes musicales de l’époque, les développant dans des directions inédites, telles que le recitar cantando ou la pratique de la basse continue.

… à nos jours, avec des chants en hébreu composés dans les Alpes suisses…

Particulièrement attaché à la musique chorale, Eric Whitacre s’inscrit dans le courant stylistique d’autres compositeurs contemporains qui ont trouvé leur inspiration dans l’œuvre d’Arvo Pärt. Le recueil Five Hebrew Love Songs a été composé en 1996 sur des miniatures poétiques de son amie Hila Plitmann, soprano née à Jérusalem. Les cinq chants montrent une attention particulière au détail et à l’adhérence au texte. Ils proposent des solutions originales, tant sur le plan vocal que dans la technique de composition.

…en passant par le Romantisme allemand

Les Liebeslieder Walzer op. 52, pour quatuor vocal et piano à quatre mains, sont exemplaires dans leur adhésion à la vague romantique, dans le sens de l’expérience de l’individu au centre de la création artistique. En effet, Johannes Brahms a très probablement été inspiré par son profond sentiment d’amour pour Julie Schumann, fille de Robert et Clara Schumann. Les textes sont tirés du recueil Polydora, une anthologie de chants d’amour provenant de différents pays d’Europe de l’Est. Les miniatures musicales de Brahms sont typiques du Lied de son époque et renvoient aussi à des formes plus anciennes telles que la canzone a ballo du début du XVIe siècle.